Featured events

7-9 September 2012
Brussels Games

Brussels Gay Sports will offer a weekend of fun and fairplay in the capital of Europe, with volleyball, swimming, badminton, and tennis, as well as fitness and hiking.

Learn more HERE.
26-28 October 2012
Bern, Switzerland

The success of the first edition of the QueergamesBern proved the need for an LGBT multisport event in Switzerland. This year will be even bigger, with badminton, bowling, running, walking, floorball.

Learn more HERE.
17-20 January 2013
Sin City Shootout
Las Vegas
The 7th Sin City Shootout will feature softball, ice hockey, tennis, wrestling, basketball, dodgeball, bodybuilding and basketball.

Learn more HERE.

13-16 June 2013
IGLFA Euro Cup
After this year's edition in Budapest at the EuroGames, the IGLFA Euro Cup heads to Dublin for 2013, hosted by the Dublin Devils and the Dublin Phoenix Tigers.

Learn more HERE.

Tuesday, October 5, 2010

Equipe France reception at Paris City Hall: Jean Vuillermoz

The following is the speech given by Mr. Jean Vuillermoz, Deputy Mayor in charge of Sport of the City of Paris, at the reception in honor of the Parisian medal winners at Gay Games VIII (original text in French below):

Welcome to all of you to the Paris City Hall.

I am very pleased to welcome you today in this historic venue and to present to you in the most solemn fashion, in the name of the Mayor of Paris, the congratulations of the City for your results at the Gay Games that took place this summer in Cologne. Bertrand Delanoë salutes you, and begs you to forgive his absence: he is spending a few days in Lisbon, as guest of honor for the Centennial of the Republic of Portugal.

584 athletes, 187 medals, several national records, and one world record time: the French delegation did honor to its mission, and was able to carry with pride a message of equality and tolerance symbolized by the slogan on the French uniforms: "Against all forms of discrimination, let's play sport together". A slogan I fully agree with and to which I offer my sincere commitment.

Because beyond its sporting aspect, the goal of the Gay Games is to offer a tribune for the fight against homophobia, a real taboo in the world of sport, and for the fight against all forms of discrimination. The Gay Games are an encounter that is part of this magnificent movement of gay and lesbian pride that calls for a right to be different and a demand for respect. To come out from the shadows, to be proud,
and visible, and enjoy dignity: the LGBT community has earned the right to exist and to be heard. The Gay Games are a magnificent standard bearer, every four years, and a vector for our democratic values.

We must take joy in the growing importance of this event. Since the first edition in 1982 in San Francisco which brought together 1500 participants, the Gay Games now represent the largest LGBT sports and culture event, as well as the largest amateur competition open to all in the world, with this year, 10,000 athletes from 70 countries competing in 35 sports.

We would all have loved for these 2010 Games to be organized in Paris, because if we look back a bit in history, we recall that Paris was a bidder in 2005 for the Gay Games. Bertrand Delanoë offered the unreserved official support of the City to make our facilities available, and to provide financial support for the bid, and for the reception during which the official FGG delegation was welcomed here in our City Hall. Alas, the minister of sport at the time, M. Jean François Lamour, now the chair of the UMP party in the Paris City Council, refused to support this bid, leaving the door wide open for Cologne.

Of course, now is not the time for partisan polemics. Let's move beyond that episode, and continue to work together to change people's hearts. Let us not forget that homosexuality was only legalized in France in 1981 [with the election of François Mitterrand and a Socialist/Communist government], and that it remains illegal in many countries. Let us not forget that homosexuals once persecuted in our country remain persecuted elsewhere in the world. I recall the exhibition the Cit of Paris financed and hosted last February, Philippe Castetbon's "Les Condamnés", all too eloquent on this subject. And let's not forget that while homosexuals have gained legal status in France, they remain the victim of severe homophobia, a homophobia that does not always reveal itself clearly, that hides behind collective indifference. From bawdy jokes to everyday insults, or worse, we are not finished with homophobia. We are by your side, and will remain there, to fight against this hatred and to change attitudes, as we do for sexism and racism.

Sport is, as you know, a far too common venue for these expressions of hatred. We had the unfortunate and spectacular experience last year with the refusal of a local football team to play a match against Paris Foot Gay, or more recently, the exclusion of Yoann Lemaire from the Chooz football club. I won't continue my list, which is painful and reminds us of the long road ahead of us.

Since 2001 [with the election of Bertrand Delanoë and a Socialist/Communist/Green majority on the city council] the City of Paris has tried to be exemplary and at the forefront of the fight for the recognition and respect of LGBT people. In the domain of sport, this means accompanying the FSGL and its member clubs in their development and their actions. Since the first edition in 2004, the City has strongly supported the organization each year of the TIP, which enjoys great success each spring. And I recall that the City was particularly influential in encouraging the PSG football club to become the first professional club to sign the Paris Foot Gay Charter Against Homophobia.

As the president of the Association of Gay and Lesbian Parents stated in the an article this summer in Têtu, the City has "rarely" been missing from the fights of LGBT people. Our commitment is unquestionable, it is there, and even if we cannot do everything, or finance everything, we want to continue to progress with you and for you.

Today, I want us to be able to deepen the partnership between the City, the FSGL, and its member clubs, for these clubs are an integral part of the vitality of the network of associations in Paris. I recall that the recognition of public interest in your work began with Marie-George Buffet, who as Minister of Sports was the first to give ministerial approval of an LGBT sports club, Paris Aquatique, in 1999. This is why, with the full agreement of the Mayor of Paris, I propose that the City extend its support of the FSGL by the establishment of a contractual agreement that we will negotiate together at the earliest opportunity.

I know that like any sports club, one of your primary preoccupations is access to municipal facilities and time slots in them. The City is doing its best to allow FSGL clubs to have satisfactory time slots to allow them to practice their sport in serenity and the best conditions possible. To allow this, the City has begun since 2001 an important construction plan to make up for past lack of investment, to renovate and build new sports facilities. I will not give you the exhaustive list, but simply not a figure: sports investments have increased 500%, from 20 million euros each year before 2001 to 100 million euros each year now. The situation is far from ideal, but the progress is real, and we will continue to equip Paris with the sports facilities needed to quench the thirst of Parisians to practice sport.

I will conclude by repeating, in the name of the City of Paris, on behalf of all Parisians, my congratulations for your success, your commitment, and the generosity you demonstrated at the Gay Games and that you will continue to show in the combats we share together.


Bienvenue à toutes et tous à l’Hôtel de Ville.

Je suis très heureux de vous accueillir ici, dans ce lieu chargé d’Histoire, et de vous adresser le plus solennellement qui soit, au nom du Maire de Paris, les félicitations de la Municipalité pour vos résultats obtenus lors des GAY GAMES qui se sont déroulés cet été à Cologne. Bertrand Delanoë vous salue et vous prie d’excuser son absence : il est pour quelques jours à Lisbonne, comme invité d’honneur pour le Centenaire de la République du Portugal.

584 sportifs engagés, 187 médailles remportées, de nombreux records nationaux et 1 record mondial décrochés… la Délégation Française a fait honneur à sa mission et a pu ainsi porter haut un message d’égalité et de tolérance symbolisé en un slogan inscrit sur les maillots français : « contre les discriminations, faisons du sport ensemble ». Un slogan sur lequel je ne peux qu’exprimer mon plein accord et mon engagement sincère.

Car, au-delà de l’aspect sportif, l’objectif poursuivi à travers les GAY GAMES reste d'offrir une « tribune » pour lutter contre l'homophobie, véritable tabou dans le milieu du sport, mais également contre toutes les formes de discrimination. Il s’agit donc d’un rassemblement qui participe à ce formidable mouvement de la fierté gay et lesbienne assumée et revendiquée comme un droit à la différence et au respect. A sortir de l’ombre, à être fière, visible et digne, la communauté LGBT a gagné le droit d’exister et de revendiquer. Les GAY GAMES en sont un porte drapeau magnifique, tous les 4 ans, en même temps qu’ils sont un vecteur de nos valeurs républicaines.

Il faut donc se réjouir de l’importance sans cesse grandissante prise par cet événement. Depuis la première édition en 1982 à San Francisco qui avait réuni 1.500 participants, les GAY GAMES représentent désormais le plus grand événement sportif et culturel pour les LGBT, mais surtout la plus grande compétition amateur au monde avec, cette année, plus de 10 000 athlètes venus de 70 pays et inscrits dans 35 disciplines sportives.

Nous aurions, d’ailleurs, tous aimé que ces jeux de 2010 puissent être organisés à Paris car, si l’on fait un peu d’histoire récente, Paris était candidat en 2005 pour leur attribution. Bertrand Delanoë avait alors apporté sans réserve le soutien officiel de la Ville, pour la mise à disposition de nos équipements, avec un soutien financier à la candidature et la délégation de la Fédération des GAY GAMES avait été très officiellement reçue ici. Hélas, le Ministre des Sports de l’époque, Monsieur Jean François LAMOUR, aujourd’hui Président de du groupe UMP au Conseil de Paris, avait refusé de soutenir cette candidature laissant en quelque sorte la voie libre à Cologne.

Bien évidemment, le moment n’est pas à la polémique, tirons un trait sur cet épisode et continuons ensemble à faire évoluer les esprits. N’oublions pas que l’homosexualité qui n’est plus un délit en France depuis « seulement » 1981 l’est encore dans de trop nombreux pays. N’oublions pas que les homosexuels traqués hier dans notre pays continuent de l’être ailleurs dans le monde. Je vous renvoie à l’exposition inédite que la Ville de Paris a financé et hébergé en février dernier, « les Condamnés », par Philippe Castetbon, hélas éloquente sur cette question. N’oublions pas non plus que si les homosexuels ont gagné en France le droit de Cité, ils sont toujours les victimes d’une homophobie rampante, d’une homophobie qui ne dit pas son nom et qui se réfugie derrière l’indifférence collective. Des plaisanteries grivoises aux insultes banalisées, lorsque ce n’est pas pire, nous n’en avons pas fini avec l’homophobie. Nous sommes et serons toujours à vos côtés pour lutter contre cette haine et faire évoluer les regards, comme nous le faisons pour lutter contre le sexisme et le racisme.

Le sport est, vous le savez, un exemple trop récurrent de ces défoulements haineux. Nous l’avons tristement et spectaculairement expérimenté l’année dernière avec le refus d’un club francilien de jouer un match de football contre le Paris Foot Gay (PFG), ou encore plus récemment avec l’exclusion de Yoann LEMAIRE du club amateur du FC Chooz. J’arrête ici une énumération, que je sais par avance éprouvante et qui nous rappelle combien le chemin qui mène à l’égalité est encore long.

Depuis 2001, la Ville de Paris se veut être exemplaire et à la pointe du combat pour la reconnaissance et le respect des LGBT. En matière de sport, cela veut dire accompagner la FSGL et les clubs affilés dans leur développement et dans leurs actions. Depuis sa première édition en 2004, la Ville soutient fortement l’organisation annuelle du « Tournoi International de Paris » (TIP) qui connaît un grand succès chaque printemps. Je rappelle également que la Ville fut particulièrement influente pour encourager le PSG à être le 1er club de football professionnel à signer la Charte contre l’Homophobie, rédigée par le Paris Foot Gay.

Comme le rappelait cet été, dans un article de « Têtu », le président de l’Association des Parents Gays et Lesbiens, la Mairie a « rarement » manqué aux combats des LGBT. Son engagement ne fait pas question, il est bien là, et, si nous ne pouvons pas tout faire, ni tout financer, nous voulons continuer à avancer pour vous et avec vous.

Aujourd’hui, je souhaite que l’on puisse approfondir la relation partenariale entre la Ville, la FSGL et les clubs associés car ces derniers participent pleinement de la vitalité du tissu associatif parisien. Je rappelle d’ailleurs que la reconnaissance de l’utilité publique de votre action fut initiée par Marie-George BUFFET qui, alors ministre des Sports, fut la première à délivrer l’agrément ministériel à une association sportive LGBT, Paris Aquatique, dès 1999. C’est pourquoi, en plein accord avec le Maire de Paris, je propose que la Ville puisse prolonger son accompagnement en direction de la FSGL par l’établissement d’une convention de partenariat à définir, si vous le souhaitez, prochainement.

Je sais que, comme toute association sportive, une de vos principales préoccupations est l’accès aux équipements municipaux et l’obtention de créneaux. La Ville fait son maximum afin que les clubs FSGL puissent disposer de créneaux satisfaisants pour permettre une pratique sportive dans la sérénité et dans les meilleures conditions qui soient. Mais, vous le savez, Paris connaît depuis longtemps un important sous-équipement qui oblige tous les acteurs du sport parisien à être solidaire les uns les autres, à être efficace et créatif dans la pratique des activités. A cet égard, notre Municipalité a engagé depuis 2001 un important plan de rattrapage pour rénover et créer des équipements sportifs. Je ne vous en ferai pas l’inventaire fastidieux mais je tiens à souligner un fait arithmétique et politique implacable : les investissements sportifs ont été multipliés par 5, passant de 20 M€ par an avant 2001 à 100 M€ par an aujourd’hui. Alors la situation est encore loin d’être idéale, mais les progrès sont réels et nous continuerons à doter Paris des équipements sportifs nécessaires pour satisfaire la soif de pratique de ses habitants.

Je terminerai en renouvelant, au nom de la Municipalité parisienne, au nom des Parisiennes et des Parisiens, toutes mes félicitations pour la réussite, l’engagement et la générosité que vous avez manifestés lors des GAY GAMES et que vous continuerez à affirmer dans les combats communs qui sont les nôtres. Un immense bravo et je vous invite à prolonger la discussion autour d’un verre bien mérité.

No comments: